0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Ligne Orléans-Châteauneuf : un projet qui fait polémique

by Tribune
Catégories: société
TRANSPORTS Le projet de réouverture de la ligne Orléans-Châteauneuf, dont la mise en service est prévue pour 2018, ne fait pas que des heureux. Depuis 2012, l'association 2 Roc 45, associati...

TRANSPORTS Le projet de réouverture de la ligne Orléans-Châteauneuf, dont la mise en service est prévue pour 2018, ne fait pas que des heureux. Depuis 2012, l'association 2 Roc 45, association pour la protection du cadre de vie des riverains du rail Orléans-Châteauneuf-sur-Loire, se bat contre le projet et organise une réunion publique le 14 juin prochain.

Le projet de réouverture de la ligne Orléans-Châteauneuf n'est pas nouveau dans l'Orléanais mais l'enquête publique annoncée pour 2014 se rapproche. Une réunion de comité de pilotage entre RFF et la Région doit d'ailleurs se tenir le 18 juin concernant les dernières études du projet et les difficultés techniques liées aux passages à niveau. De quoi inquiéter les riverains qui jusque là ne croyaient pas ou ne connaissaient pas le projet. «Lors d'une réunion publique qui s'est déroulée à Chécy, nous avons été surpris de voir que l'on ne prenait pas en compte les riverains qui vont voir leur cadre de vie dégradé et leur bien immobilier dévalué. On peut s'étonner aussi lorsqu'on voit des maires délivrer encore des permis de construire tout près de la future ligne !», commente Xavier Neau, président de 2 Roc 45 qui habite à 50 m de la ligne, fermée en 1939. «On s'aperçoit aussi que l'aspect sécurité, avec la présence de passages à niveau, n'avait même pas été abordé avant la concertation. Lorsque l'on sait que le trajet entre Châteauneuf-sur-Loire et Orléans doit être réalisé en 30 minutes, le train roulera forcément assez vite. Sans parler du coût de cet aménagement, surtout en période de crise. Le coût annoncé est de 140 M€, mais cela ne tient pas compte de l'électrification de la ligne, des aménagements en gare d'Orléans, du coût d'exploitation, des infrastructures (parkings..) !» Afin de faire entendre leurs voix, ces opposants au projet ont d'ailleurs prévu une réunion publique, vendredi 14 juin, à 19h, salle Belle Croix à Orléans.
Pour Star 45, une autre association qui oeuvre quant à elle pour la mise en service de la ligne, le projet est sur de bons rails. «La Région a inscrit la ligne dans son prochain contrat de projet Etat-Région», indique Daniel Tournez, le président de l'association qui réfléchit déjà à un prolongement vers Gien et Montargis. Seul ombre au tableau pour l'heure : le problème des passages à niveau notamment sur Saint-Jean-de-Braye qui en compte cinq. «La commune ne veut a priori pas les supprimer au motif que cela couperait la ville en deux», explique celui qui attend la présentation des dernières études le 18 juin prochain. Pour ce président d'association, «relier Orléans et Châteauneuf en 30 minutes est un projet d'intérêt général qui doit être un vecteur de développement économique, et non pas créer des cités dortoirs. Si les études montrent que le trajet ne peut se faire qu'en 45 minutes, cela n'a plus d'intérêt et nous y serions opposés», ajoute Daniel Tournez qui voit dans la ligne un moyen de désengorger la tangentielle, car selon les dernières études, la fréquentation estimée de la ligne serait de 8.000 voyageurs/jour. En effet, en  2012, le Conseil Général recensait 45.367 véhicules/jour entre Orléans et Saint-Jean-de-Braye, et 18.532 véhicules/jour entre Fay-aux-Loges et Châteauneuf-sur-Loire.
Du côté de  2 Roc 45, on ne voit pas les choses de la même manière. «Les élus justifient des choix au nom de l'intérêt général mais il existe d'autres solutions  : des bus à haute fréquence, le développement du covoiturage. Et si l'on compare les coûts : construire un lycée à Châteauneuf-sur-Loire et y soutenir le développement économique revient moins cher que de rouvrir cette ligne», insiste Xavier Neau. Une affaire donc à suivre...

Partager cette page sur facebook Partager cette page sur twitter